Nîmes en transition.
Lutte contre le réchauffement climatique, la gestion de l'eau et la biodiversité...

LA VILLE EN TRANSITION

 

1- Lutte contre le réchauffement climatique, la gestion de l’eau et de la biodiversité

Adapter au réchauffement climatique

  • Engager un plan pluriannuel ambitieux d’adaptation de toutes nos écoles et des cours de récréation- isolation  toitures -murs et ouvertures – occultations – matériaux absorbant la chaleur- végétation…..

  • Traiter les îlots de chaleur répertoriés en ville : mesures de végétalisation et d’ombrage, chemins d’eau, fontaines, utilisation de matériaux adaptés, renforcement des îlots de fraicheur, conception du futur parc Jacques Chirac comme vaste îlot de fraicheur ouvert à tous les nîmois.

  • Lancer un plan de reboisement, en secteurs de garrigues avec des essences résistantes aux feux (Clos de Gaillard - Vallongue, terres de Rouvière) ainsi qu’en bordure de Vistre, rendu accessible à la promenade.

  • Ouvrir la ferme pédagogique, relocalisée dans  la pinède ombragée de Valdegour, au grand public les week-ends et vacances scolaires.

  • Projeter la transformation de la colline aux oiseaux dans le cadre de la rénovation du quartier Pissevin, en un parc public arboré ouvert à tous et reconstituant la garrigue telle qu’avant la création de la ZUP.

 

Préservation des ressources et de l'écosystème

  • Soutenir l’apiculture urbaine et les associations pour la sauvegarde des oiseaux et des petites espèces urbaines avec l’implantation de refuges et de nichoirs et la sensibilisation des publics.

  • Lancer une étude pour la réutilisation de l’eau de rejet de la station d’épuration (nettoiement, arrosages, …)

  • Garantir un engagement fort du délégataire en matière de réduction des coûts liés aux fuites sur le réseau de distribution d’eau.

  • Engager avant la fin de la présente délégation de service public, une étude économique indépendante portant sur sur l’opportunité de revenir à une régie directe pour la distribution d’eau et l’assainissement.

 

2 - Vers la neutralité carbone et la production d'énergie verte

Rénovation énergétique

  • Créer un guichet unique afin de renseigner et d’accompagner les particuliers dans leurs travaux d’économies d’énergie et la recherche de financements possibles.

  • Soutenir les copropriétés fragiles ou dégradées en les incitant à la rénovation des « passoires thermiques ».

  • Poursuivre l’isolation thermique de tous les bâtiments publics et prioritairement des écoles.

  • Obtenir un niveau de performance énergétique supplémentaire, lors du renouvellement du contrat d’éclairage public grâce aux solutions de pilotage numérique par secteurs.

Sobriété énergétique

  • Inciter la couverture des parkings par des ombrières photovoltaïques dans les zones commerciales.

  • Rendre obligatoire les panneaux photovoltaïques sur les parkings extérieurs et toitures des nouveaux bâtiments industriels ou commerciaux de surface supérieurs à 1000 m².

  • Inciter les particuliers à l’usage de véhicules électriques par gratuité du stationnement en ville et l’équipement généralisé en bornes de recharges.

  • Créer un observatoire de la ville durable et vivable à l’échelle de l’agglomération, chargé de suivre l’évolution des impacts du réchauffement climatique sur le territoire et le suivi des actions engagées. Un conseil d’experts sera mis en place dont l’animation et la coordination sera confiée à l’Université de Nîmes, en lien avec les organismes publics (ADEME, Agence de la biodiversité…)

  • Etablir une charte de la construction durable s’appliquant à la construction neuve, la rénovation et l’aménagement et permettant l’atteinte des objectifs de développement durable et de neutralité carbone

  • Mettre en ligne en temps réel les mesures de qualité de l’air effectuée sur le territoire.

  • Etudier l’implantation en entrée de ville d’un centre de logistique urbaine permettant d’assurer la livraison des colis aux particuliers et aux commerçants nîmois, uniquement par des véhicules propres.

 

Energie verte

  • Développer une unité de production de biogaz à partir des boues issues de la station d’épuration.

  • Encourager à la création d’unités de méthanisation de déchets agricoles ou forestiers sur le territoire.

  • Lancer une étude pour la production d’hydrogène vert à partir de production de chaleur, de biogaz ou d’électricité renouvelable en vue d’alimenter les véhicules des transports publics et des administrations.

3 - Une politique ambitieuse de collecte, de tri et de valorisation des déchets

 

Collecte sélective, tri et réemploi

 

  • Généraliser le tri des déchets ménagers dans tous les quartiers avec des dispositifs nouveaux et en fonction de la typologie urbaine de chaque quartier.

  • Encourager le compostage individuel ou collectif et préparer la mise en place de la collecte des déchets fermentescibles programmée en 2025.

  • Renforcer la collecte du verre en apport volontaire en densifiant l'offre de conteneurs et en prévoyant de les enterrer dans les opérations d'aménagements urbains.

  • Etudier l'impact de la mise en place de la taxe incitative sur la collecte des ordures ménagères (TEOMI), taxe variable déterminée en fonction des quantités réellement jetées par chaque ménage.

  • Remettre à niveau les déchetteries, vieillissantes et peu fonctionnelles, en examinant au cas par cas la possibilité d'y adjoindre une recyclerie.

  • Développer des partenariats avec les grandes enseignes pour installer des dispositifs de récupération d'objets usagés par filières (articles de sports-textiles-jouets-outil bricolage) et en mobilisant le monde associatif dans la démarche d'une économie de réemploi.

  • Rénover et créer des emplacements adaptés et facilitant la collecte et le tri dans les zones d’activités.

 

Propreté de l’espace public

 

  • Assurer la continuité du geste de tri dans l’espaces public, par la mise en place notamment de corbeilles doubles flux (résiduel et tri sélectif) et équipées d’un réceptacle pour les mégots.

  • Sanctionner plus sévèrement le dépôt sauvage d'encombrants sur la voie publique et les trottoirs.

  • Intensifier la lutte contre les dépôts sauvages en ville et en zones naturelles par le durcissement des sanctions et le renforcement des moyens de surveillance et de répression.

  • Renforcer le dispositif dédié aux déjections canines et le signalement des points noirs par application mobile.

  • Rendre accessible en ligne l'ensemble des informations relatives aux efforts de tri réalisés par grands quartiers et au global sur la ville.

  • Développer des programmes éducatifs à l'intention des enseignants et des associations pour préparer les enfants à être des citoyens engagés et en faire des ambassadeurs des démarches vertueuses auprès de leurs parents.

  • Organiser annuellement des défis d’initiatives citoyennes dans les quartiers via les associations pour valoriser la mobilisation citoyenne du plus grand nombre

 

4 – L’adaptation face aux risques naturels

Inondations

  • Terminer les travaux de protection sur le Cadereau d'Uzès permettant de réaliser le renouvellement urbain du secteur Hoche II et de Richelieu.

  • Lancer le programme d'actions de protections n°3 (PAPI) afin d’achever les travaux à entreprendre dans les habitations. Encourager les entreprises et les commerces à s'engager dans une démarche identique.

  • Editer un recueil des règles de construction et d'aménagement applicables à tout nouveau projet et contrôlé au niveau des "permis d'aménager", permettant l'intervention en zone à risque moyen (pilotis, refuges en niveaux, couloirs d'écoulement, etc ...).

  • Poursuivre l’opération Nîm’alabri afin de faciliter après diagnostic, les travaux à entreprendre dans les habitations. Encourager les entreprises et les commerces à s’engager dans une démarche identique.

 

Prévention et gestion des crises

 

  • Renforcer la politique de prévention en développant une culture du risque par la sensibilisation des jeunes et des nouveaux arrivants ainsi que par la réalisation d’exercices réguliers de gestion de crises.

  • Mise à disposition du public des documents didactiques pour anticiper et appréhender les crises.

  • Fiabiliser et moderniser le système d'alerte actuel grâce aux nouvelles technologies.

  • Veiller au strict respect des règles de débroussaillement règlementaires par les propriétaires pour limiter le risque feux de forêt dans les secteurs des garrigues habitées et dans les massifs boisés.

 

5 - Un nouveau modèle agroalimentaire pour produire local

 

  • Soutenir l’installation de nouveaux agriculteurs en circuit court, par le biais d’une politique foncière volontariste et d’un accompagnement dédié aux nouvelles filières.

  • Permettre le rapprochement entre l'offre locale et la demande de la restauration collective grâce à des plate-formes dématérialisées de commandes publiques.

  • Démultiplier les marchés de producteurs et la vente de produits locaux dans les quartiers et accessibles à tous.

  • Développer les jardins familiaux ou solidaires ainsi que des jardins bio et fermes pédagogiques urbaines largement ouverts aux scolaires, notamment dans le cadre de projets de rénovation urbaine et du futur parc J. Chirac.

© 2019-2020 David Tebib